Présentation 2016

VIIe COLLOQUE DU MUSÉE D. JOÃO VI  et Ve COLLOQUE D’ÉTUDES SUR L’ART BRÉSILIEN DU XIXe  SIÈCLE

MODÈLES DANS L’ART: 200 ans de l’ACADÉMIE DES BEAUX-ARTS DE Rio de Janeiro

En 2016, nous fêterons les 200 ans de l’arrivée de la “Mission artistique française” à Rio de Janeiro et de la création subséquente de l’Escola Real das Ciências Artes e Ofícios, par le Décret-loi du 12 Août 1816. Ce fut le début de la systématisation de l’enseignement artistique au Brésil et l’origine de l’Escola de Belas Artes de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro. Pour célébrer les 200 ans de l’Académie des Beaux-Arts de Rio de Janeiro, les groupes de recherche Entresséculos (EBA/UFRJ) et DezenoveVinte(UFRRJ, CEFET/RJ), avec le soutien du Museu Nacional de Belas Artes, proposent la tenue d’un colloque international.

Il y a plus de dix ans que les deux groupes se dédient à l’étude de l’art brésilien, accompagnant ainsi la révision historiographique internationale de l’art du XIXe et du début du XXe siècle – une période dite académique, déclarée anathème par la critique moderniste – ce qui, dans le cas brésilien, revient à réévaluer des oeuvres, des artistes et des institutions oubliés ou réduits à des poncifs.

L’Académie des Beaux-Arts de Rio de Janeiro est l’un des sujets majeurs traités par les chercheurs interessés par le XIXème siècle.

L’Académie de Rio de Janeiro a été créée en 1816 et ouverte en 1826. Après l’avènement de la République, elle est devenue l’École des Beaux-Arts (1890). Pendant deux siècles, elle a toujours suivi de près l’histoire politique et culturelle du pays et a joué un rôle important dans les évolutions de l’art brésilien.

Dans la production récente de l’histoire de l’art brésilien – une production liée en grande partie aux groupes de recherche Entresséculos et DezenoveVinte – quelques sujets ressortent comme des axes d’études sur l’Académie :

1- La struturation théorique et pratique de l’enseignement académique et ses liens avec les modèles européens de la tradition et de la modernité;

2- La participation de l’Institution dans le projet de construction de la nation, aussi bien à la suite de l’Indépendence qu’après l’avènement de la République;

3- La structuration du champ artistique à Rio de Janeiro, aussi bien au sein de l’Académie – selon le modèle des Expositions Générales, plus tard appelées Salons – qu’en dehors de ses murs – avec l’apparition progressive d’un milieu artistique plus autonome, avec des ateliers, des galeries d’art, des expositions, la presse, la critique d’art, etc.

4- La mise en place des collections de l’Académie et le modèle d’installation des collections publiques, en parallèle à l’action des collectionneurs privés.

Ces axes d’études, toutefois, n’ont pas été developpés conjointement. Quelques-uns, comme les deux premiers, ont fait l’objet de recherches avancées. En revanche, les troisième et quatrième commencent à peine à intéresser les chercheurs.

En 2016, nous envisageons de réunir des chercheurs brésiliens et étrangers qui contribueront par leurs travaux à l’avancement du débat sur les modèles de l’art dans les académies.

Par ailleurs, il nous paraît intéressant de comparer et de confronter l’expérience brésilienne aux expériences similaires d’autres pays. À ce propos, il est important de souligner une différence fondamentale entre les pays européens et ceux des autres continents. En Europe, les académies se tournent vers les traditions de l’art occidental qui leur sont propres et qui, au cours du XIXe siècle, se confrontent à la modernité. Sur les autres continents, en revanche, l’installation de l’académie est toujours liée à un effort de modernisation, selon une démarche complexe dans laquelle il s’agit de surmonter le passé colonial, d’intégrer le besoin d’intégration de nouveaux modèles européens, de construire un modèle propre aux jeunes nations.

C’est alors avec beaucoup d’enthousiasme et dans l’espoir d’approfondir les échanges avec nos pairs que nous appelons les chercheurs interessés par les thèmes proposés à nous rejoindre. Nous lançons donc un appel à communication au VII Colloque du Musée D. João VI et V Colloque d’Études sur l’art brésilien du XIXe siècle  –  MODÈLES DANS L’ART: 200 ANS DE L’ACADÉMIE DES BEAUX-ARTS DE RIO DE JANEIRO.


Objectifs

Le premier objectif de notre colloque est de faire avancer la connaissance sur l’Académie des Beaux-Arts de Rio de Janeiro, en encourageant les chercheurs brésiliens et étrangers à présenter des travaux (qui aboutiront à de nouvelles recherches) dans les axes thématiques indiqués.

Le deuxième objectif est d’attirer les chercheurs étrangers qui pensent, comme nous, à la fonction et à la pratique de leurs académies – ou institutions similaires – et dont les travaux présentent des contributions à l’historiographie sur le thème, notamment en ce qui concerne les axes mentionnés ci-dessous.


Axes Thématiques

 

  • MODÈLES D’ENSEIGNEMENT – La structuration théorique et pratique de l’enseignement académique et ses liens avec les modèles européens de la tradition et de la modernité : les diverses structures d’enseignement dans l’Académie ; les différents types d’exercices, les concours scolaires et les collections didactiques d’estampes, plâtres, copies et photographies; le rôle des bibliothèques.
  • MODÈLES DE REPRÉSENTATION – Le rôle des académies et écoles d’art dans les projets de construction des identités nationales : les modèles pour la narrative historique, la construction du paysage, la représentation du peuple et la question des “races” ; les variations des projets artistiques et culturels dans les différents régimes politiques ; des études comparatives sur la construction de l’idée de nation dans les différents pays.
  • MODÈLES D’ACTION – La structuration du champ artistique dans les villes qui abritent des académies et des écoles d’art : au sein des académies, avec l’organisation d’Expositions ou de Salons ; en dehors de leurs murs, avec l’apparition progressive d’un milieu artistique plus autonome, avec des ateliers, galeries d’art, expositions, publications dans la presse, critiques d’art ; études comparatives sur l’expérience dans différents lieux.
  • MODÈLES DE COLLECTIONS – La formation des collections d’académies et d’écoles d’art et la politique de formation de collections publiques, en parallèle avec l’encouragement au collectionisme privé : donnations, acquisitions, collections exposées dans les Salons, formation de collections privées.

 

 

Logos VII seminario2

Anúncios